Shonen Manga  Index du Forum

Shonen Manga
Bienvenue sur le forum des fans de mangas
 
ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion   FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer

La rencontre de Flone et Miharu

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Shonen Manga Index du Forum -> Fan Art -> Fan Arts -> Fan Fics / Poème
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Miharu
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mar 2009
Messages: 943
Reiatsu: 2 135
Densité du reiatsu: 2,26
Division:
Siège:
Localisation: Breizh
Masculin

MessagePosté le: Jeu 2 Juil - 21:50 (2009)    Sujet du message: La rencontre de Flone et Miharu Répondre en citant

Voila l'histoire de deux personnages basé dans le thème de Naruto.  Vous avez voir leur rencontre suivant chacun de leur point de vue mais tout d'abord leur histoire pero.

En espérant que vous aimerez, bonne lecture



Histoire de Miharu :   
Ni sœur, ni frère, Miharu avait dans son enfance toute l’attention de ces parents lorsqu’il n’était pas en mission. Il n’a jamais eu besoin de réclamer quoi que ce soit pour obtenir ce qu’il voulait non plus. On pourrait appeler cela un enfant gâté mais c’est aussi qu’il ne les voyait que très rarement. Ces parents, enfin son père qui était junnin, était très demandé par son Kage même si nous ne vivions pas dans le village directement mais à des lieux de celui-ci. En plus des trajets longs et répétitifs, le jeune garçon ne le voyait que très rarement et très peu longtemps, surtout en période de crise. En ce qui concerne sa mère, chunin mais avant tout médecin dans son petit village mais également dans celui où régnait le Kage. Ca lui arrivait parfois après le retour de mission de différents groupes qu’elle parte, le laissant en toute indépendance dans sa maison durant plusieurs jours pour soigner les blessés. Donc en général, la pauvre petit Miharu était mis à rude épreuve à devoir se débrouiller seul malgré son jeune âge et son peu d’expérience de la vie.Enfin il fit avec, car le rôle d’un ninja dans la société était pour ces parents, bien plus important que d’être toujours heureux comme une simple petite famille qui se voit de jour en jour, matin et soir. Lorsqu’ils seront vieux, ils auront bien le temps d’en profiter.

Après de longues années à rester seul, il fallait bien qu’il trouve des occupations lorsqu’il n’était plus à l’académie. Soit, il passa le clair de son temps dans le petit bois se situant à cinq cents mètre de chez lui a apprendre à connaitre la moindre plante, le moindre arbre ou animal qui se trouvait en ce lieu. Il était en parfaite symbiose avec ce petit lieu où personne ne passait sauf quelques voyageurs de temps à autres. Il passait des heures dans cette nature après les cours et ne rentrait qu’au dernier moment, avant qu’il ne fasse nuit sauf si ses parents étaient là où il prenait tout de même du temps à passer la soirée avec eux. Ces parents ne disaient rien car déjà qu’ils n’étaient que trop peu souvent présent pour lui, ce n’était pas le moment de l’interdire de faire quelques choses quo n’a rien de dangereux, bien au contraire, cela ne pouvait que lui apporter des avantages. Apprendre  à vivre avec la nature par soi même, connaitre les plantes qui se trouve sur place et savoir les utilisé était également le but de certain ninja donc cela lui donnait déjà quelques connaissances bien particulières mais pas inutiles.

Aujourd’hui, Miharu a décidé de se diriger, en temps que genin, dans l’art des Justus médicaux comme sa mère mais pas pour rester dans les villages soignés les blessés après leur retour mais directement en mission. A la longue de trainée dans les bois, et avec l’aide de sa mère pour savoir utiliser les différentes écorces et plantes que l’on y trouve, il a su trouver une passion et un but dans son futur de ninja. Maîtrisant la création de remèdes et pilules, il ne lui restait, que par l’expérience et l’entrainement, que ce soit à l’académie ou ensuite pendant des missions, à apprendre à utiliser son chakra pour soigner des blessures minimes ou plus importantes ou encore des différents poisons ou paralysies que l’on nous infligent pendant un combat ou durant une expédition.


Histoire de Flone :

Née dans le village de Suna lui même, Flone fut guidée dans l'esprit de partage et d'amitié que donne l'esprit des ninjas vivant en ce lieu. De père chasseur au compte du village pour approvisionner en viandes les différents commerces se trouvant dans le centre ville du village de Suna, et de mère infirmière dans l'hôpital le plus connu du monde des ninjas, elle a eut la chance de vivre sans crainte de voir ces parents envoyer pendant plusieurs semaines dans une mission périlleuse. Fille unique et donc très chouchoutée par ces parents, la toute jeune futur ninja, vécu dans le bonheur et la tendresse.

Mais ce fut le choc lorsque ces parents apprirent qu'elle souhaitait dès l'âge de six ans, rentrer à l'académie de ninja pour devenir la seule kunoichi de sa famille. Enfin très compréhensif, ils acceptèrent son choix et la laissa vivre dans son choix qu'est le risques et la mort en retour d'une paix possible mais dont le temps reste plus que incertain. Enfin son père fut rapidement heureux d'apprendre que sa spécialité sera le maniement de l'arc, lui-même chassant avec ces armes de distance. S'entrainant au début avec les propres arcs et flèches de son père pour savoir les rudiments pour être bonne archère, au fil du temps, elle demanda à un forgeron de lui en faire un spécialement pour elle, en fonction de sa taille et de son utilisation. Orné de diverses pièce métallique, elle y incrusta également une dague car lorsque l'adversaire, que ce soit un ninja ou un animal, passe la limite ou le lancé de flèches est encore possible, il faut qu'elle puisse de défendre.

Bien que la précision de ces gestes ainsi que l'utilisation dans diverses positions de tir furent assez rapide à maitriser, une flèche reste de bois ou de métal et donc fragile, ainsi que le nombre que l'on peut porter dans son carquois reste limité de part leur poids et leur taille. C'est à ce moment la que son chakra lui servirait, autre que pour marcher sur l'eau ou grimper dans un arbre. Au fur et à mesure d'entrainements soutenu et difficile, elle réussi en mêlant son affinité de d'eau et du vent à forcer des flèche grâce à son chakra. Pratique de part leur nombre toujours possible car illimité en fonction de l'énergie qu'elle lui reste, et les rendant bien plus difficile à arrêter, car même si elle est contrer par une lame, celle-ci reste encore présente et reformable si la manipulatrice n'est pas encore trop loin du projectile.

Dans cet art de la maitrise de l'arc, elle intégra un groupe de ninja dont sa position fut de rester à distance du groupe pour les sortir d'un danger toujours possible comme une embuscade, et grâce à cette spécialisation, elle a la possibilité de les sortir du pétrin sans pour autant se faire repérer. Ses flèches former de deux éléments, son pas forcement diriger dans l'axe  d'où elles ont été tirées, bien au contraire. Pour camoufler sa présence, elle les fait changer de direction pour faire croire qu'elle se situe autre part. Bien évident que certaines personnes ne se font pas avoir par ce petits tour, mais cela reste utile si l'ennemi s'apprête à éviter le tir. Un simple changement de direction et la cible est toujours en danger.

Pour faire plaisir à sa mère, infirmière dans l'hôpital de Suna, elle suivie quelques un de ces travaux de soin, très simples pour la plupart du temps, mais cela restait utilise si elle se blesse par mégarde. De simples apprentissages pour se soigner, mettre des bandages le temps de rentrer chez soi et s'en occuper plus sérieusement est toujours sympa à savoir.

Dans un sens, malgré la déception du départ lorsque son père et sa mère qui n'était pas dans l'avis de la faire suivre l'apprentissage pour devenir ninja, ils furent ravie de savoir qu'elle suivrait en partie leur art qui était la chasse et la médecine simple. Leur fille a su mélanger leurs capacités en plus de suivre sa voie. Une fierté pour eux, mais restant tout de même inquiet lorsqu'elle part en mission, il ne reste pas moins que des parents heureux de leur héritage, Flone, leur plus grand bonheur.

Un autre point des moins négligeables fit que ces parents acceptèrent son choix. Sa mère avait une sœur qui vit aux abords de Kiri. Elle-même travaille dans la médecine mais par contre est ninja. Même si elle reste dans l’hôpital, elle va de temps en temps sur le terrain en période de crise. Elle vit avec un homme, junnin de Kiri et eurent un fils. Flone ne l’a jamais rencontré mais la seule chose qu’elle sait est qu’il est également devenu ninja de son coté. C’était un moyen pour la Kunoichi de montrer qu’elle n’est pas la seule dans la famille à avoir  choisi cette façon de vivre. Son nom de ce junnin à ce jour même si il a environ le même age qu’elle, c’est Miharu. Elle a toujours souhaitez le rencontrer mais le voyage est long et pénible pour rejoindre cette contrée. Cela se fera plus tard, pour le moment, il y a plus important que de rencontrer son cousin.

Du coté de Miharu :

Quinze ans déjà, Miharu était toujours et encore dans ce bois, si proche de chez lui mais son esprit était comme éloigné de milles lieux, comme si il n’y avait plus que ce lieu qui existait encore. Les doux et tendres courants d’air fuyants et tournoyants entre les buissons et les petits arbres qui créèrent ces sifflements si agréable à l’oreille, accompagnés des chants des oiseaux posés dans les arbres qui surplombaient le jeune homme, lui faisant ainsi un abri lorsque le temps devenait pluvieux, Miharu était là, couché sur cette mousse si volumineuse et agréable. Rêvassant seul, sans se prendre la tête avec les différentes obligations qu’il a, comme s’entrainer, apprendre de nouvelles techniques et tous autres choses encore. Mais ce jour, il décida de faire quelques chose qu’il n’avait pas le droit, s’éloigner du village et de plus, sans prévenir qui que ce soit. Il avait appris, après des recherches aléatoires, que les plus grandes forêts se situait au alentour de Konoha.

Il se leva, s’étira un bon coup, puis rentra chez lui prendre quelques rations puis quitta les lieux au plus vite avant qu’on ne le voit. Partant sous un temps de pluie comme souvent dans cette région au climat bien unique, il se dirigea avec une marche rapide et sans hésitation même sur ce sol commençant à être boueux. Enfin cela n’allait surement pas l’arrêter surtout qu’il en avait pour au moins deux jours si il ne ralentit pas trop en chemin et qu’il respecte parfaitement son programme. Son but en plus d’apaiser sa curiosité de voir la faune et la flore, est de trouver de nouveau moyen de faire des remèdes. Sur le chemin, il espérait bien sure de ne rencontrer  personne qui pouvait le connaitre ou bien un membre de son village simplement qui le ramènerait de force. Les risques encourus seraient très grand car cela pourrait être considéré comme de la trahison pour certain et dans tous les cas, une punition plus qu’exemplaire lui sera donné. Plus qu’a prier pour pas les voir et montrer sa capacité à rester discret.


- - - - -  Quelques jours plus tard - - - - -

Enfin la vue de la forêt était possible. Sous ce soleil si rayonnant qui changeait de chez lui, toutes ses odeur qui lui titillait le nez avec ces parfums d’essences de bois de nature plus ou moins différentes de celle qu’il connaissait. Enfin plus de temps à perdre, l’exploration de ce paradis pour Miharu allait enfin débuter. Pénétrant dans cette forêt, faisant fuit deux écureuils qui grignotait des noisettes sur une branche. Il s’enfonça plus profondément pour atteindre le cœur de la forêt ou la merveille existe, la où l’on trouve tout ce qu’il y a de plus rare. Miharu, espérant bien entendu trouver de nouvelles plantes, continua de marcher, marcher, marcher, déjà depuis plus de deux heures pour arriver à son but. Poussant quelques branches sur son passage, il  tomba dans une crevasse comme un débutant. Honte de lui-même mais heureusement pas blessé, seul de simples égratignures, il remonta assez aisément et prit quelques minutes pour souffler.
Se relevant après cette petite épreuve ridicule, il continua sa route, du temps perdu pour rien était à rattraper. Avec trois jours de voyages pour le retour, cela lui laissait qu’une demi-journée pour rentrer avant que ces parents ne revienne de mission donc il n’a que peu de temps à perdre.

 Accélérant le pas, traversant plusieurs petits ruisseaux, coulant dans ces couloirs de terres et roches, puis chevauchant les quelques arbres, tombés par la vieillesse ou par le vent, qui lui bloquait le passage, il arriva enfin sur une petite zone déboisé naturellement. Ce coin de la forêt qui donnait de drôle de sensation car entourer par des arbres si dense et compact, qu’il n’y avait aucun moyen d’apercevoir la lisière de celle-ci. Enfin, Miharu n’était pas là pour voir cela et donc commença à chercher toutes les plantes ou tous autres choses qu’il ne connaissait pas pour ensuite les étudiez et créer des remèdes.

Ramassant mousses, écorces et différentes feuilles et baies, puis les rangeant délicatement dans sa sacoche, il était comme dans un rêve. Toutes ces choses devant ces doigts qui attendaient d’être malaxés, broyés pour servir de potions ou pilules pour être utilisé pendant des missions ou encore après suivant le cas. Les oiseaux, fuyant la présence de Miharu car pas habitué à la présence de l’homme, les rangées d’insectes qui circulait sur les troncs en décompositions, les lièvres qui gambadaient,  ralentissant de temps en temps par pur curiosité de savoir ce que cet étranger de la forêt qu’était le jeune homme pour eux, tout ca n’était que pas assez étudier alors que temps de prouesses pourrait être faites. Enfin il était là en partie pour remédier à cela après qu’il aura réussi à créer quelques choses avec ces trouvailles.

Tout à coup, il trouva derrière un bloc de roche un champignon, ce champignon, ce fameux champignon à la réputation, cité dans plusieurs livres, d’être après malaxage un très bon remède pour guérir de toutes sortes de poisons grâce aux spores de celui-ci. Les ramassant délicatement, avec le visage qui montrait son bonheur de trouver cette rareté, comme si l’on offrait un nouveau jouet tant attendu à un enfant, il décida qu’avec ceci, cela terminera son voyage dans cette forêt si loin de chez lui, si loin de toute civilisation. Malgré qu’il ne souhaite pas réellement quitter ce lieu dont seul une infime partie fut explorer et dont tant de merveilles attendent d’être trouvé et travaillé de ces mains, il ne pouvait prendre plus de risques et donc retourna sur ces pas.


- - - - - Quelques heures plus tard - - - - -

Le retour ne fut pas plus compliqué que l’allée, il pensa bien à éviter de tomber dans le trou ce coup-ci. Profitant tout de même de l’ambiance de la forêt avec ces chants et ses odeurs avant d’en sortir et reprendre le sentier afin de se diriger vers son village, il s’arrêta sur place en un instant, fit quelques pas sur les cotés pour se cacher derrière un tronc d’arbre. Un bruit l’interrompit sur le chemin à deux kilomètres de la lisière. Des voix s’entendaient, enfin une voie plus précisément, féminine d’après le timbre et c’était plutôt des cris de douleur plus que des paroles. Sans vouloir prendre de risques de se faire repérer si la personne ou les personnes car même si une voix était entendu, rien ne disait qu’il n’y avait personne d’autre. Possible également que celle qu’on entend se fait attaquer donc la discrétion est de rigueur. Grimpant dans un arbre comme un ninja, il sauta  à la cime des arbres afin de s’approcher de la zone et regarda ce qu’il se passait.

Une femme, plutôt une jeune fille, de l’âge de Miharu d’après son visage, très joli d’ailleurs pensait-il, était là, à moitié couché au sol, un bras et une jambe ensanglantés légèrement. Elle essayait de se lever mais sans y arrivé pour des raisons que le jeune ninja ne comprenait pas voyant les quelques blessures infligées, qui en plus, ne savait pas comment elle les a obtenu. Enfin la réponse arriva plus vite que prévu car suivant son regard si apeurer, porté vers les buissons à une dizaine de mètres d’elle, trois animaux de la forme de loups sortirent de derrière le feuillage et encerclèrent la demoiselle. Très rapidement il comprit qu’ils étaient là pour déjeuner et qu’elle n’était plus capable de se mouvoir donc sa fin était proche s’il la laissait seul. Malgré la possibilité qu’elle soit un ennemi ou tout autre, il sortit une bombe fumigène, l’éclata par terre qui le cacha lorsqu’il sauta jusqu’au sol. Prenant quelques shurikens qu’il prit au cas où il se serait fait attaquer, il les lança sur ses bêtes qui après plus d’une dizaine planté dans leur corps, ils quittèrent les lieux les laissant enfin en sécurité. Tout de suite après, encore dans le brouillard du fumigène, il retourna dans l’arbre avant qu’elle puisse voir son visage, comme ceci, il pourra rentrer chez lui sans aucun risque d’être découvert. Commençant à s’éloigner, il eut un sentiment de lâcheté si aigu qu’il en avait mal au ventre. Laisser cette personne sans aucun moyen de se défendre et avec le risques que ces bêtes reviennent, il décida d’oublier le faite d’être découvert et vit demi-tour afin d’aller voir comment elle allait.

Arrivant de nouveau là ou cette fille était toujours au sol, toujours blessé et incapable de bouger d’elle-même. Il s’approcha d’elle et commença par lui demander si elle souhaitait de l’aide. Inquiète car ne connaissant pas cette personne même si il l’aida à se débarrasser de ces bêtes, elle accepta tout de même voyant son impossibilité de pouvoir quitter ces lieux. Ayant de bonne base dans la médecine, et même avant de se présenter, il regarda ces blessures. Son bras n’avait que des égratignures superficielles qui se guériront d’elle-même mais par contre, pour sa jambe, c’est autre chose. Elle fut griffée par les animaux d’avant mais d’après la couleur au pourtour de la plaie, les pattes de la bête devaient être empoisonnées et maintenant, sa jambe est totalement paralysée et elle risque même, si elle attend trop longtemps, de carrément la perdre. Il fit un garrot avec la manche de sa tenue, se mit à genou sur ce sol frais, car la nuit arrivait dans cette forêt dense, et elles sont très froides. Il la souleva et la mit sur son dos, lui demandant de bien s’agripper. Heureusement elle était très légère et elle se laissa portée sans se débattre puis ils quittèrent ce lieu pour rejoindre le chemin un peu plus loin.

Après deux kilomètres, ils virent les abords de celui-ci mais ne voulant rester sur le chemin, il alla plus loin pour se poser proche d’une petite falaise. Il ramassa quelques branches mortes après l’avoir déposé délicatement sur de l’herbe bien dense et l’avoir allongé, la tête relevé, posé sur un rondin de bois. Il alluma un feu et commença à fouiller dans son sac afin de préparer un remède pour l’aider avant que cela s’aggrave. Toujours dans ce mutisme car ne voulant déclarer son identité, il analysa un peu plus juste d’après la réaction du poison sur la peau de cette fille, qui d’après l’expression de son visage, devait souffrit atrocement. Malheureusement, sans pouvoir poussé dans des recherches pour connaitre les soins à donné, il s’était capable que de lui passé cette douleur en l’atténuant. Rien ne garantie qu’elle ne pourra encore utiliser sa jambe mutilé. Tout à coup, en fouillant une fois de plus dans son sac, son regard croisa ce fameux champignon si rare et précieux. Ce fameux produit, qui a la réputation de guérir de tout poison et qui pourrait régler le problème mais si il l’utilise maintenant, il n’en aura plus pour créer de multiples remède par la suite. Mais le risque étant trop grand pour elle, il décida de tout utiliser, ne connaissant pas la dose qu’il lui faudrait et donc prépara la mixture. Il creusa un trou à l’aide d’un kunaï dans une roche trouvé un peu plus loin, pris de l’eau un petit ruisseau situé à moins de cent mètre et commença à broyer, champignons et quelques feuilles dans la cavité de la roche. Après avoir nettoyé la plaie, il étala le mélange sur sa blessure mais comme il s’en doutait, la réaction est très forte et elle souffrait d’autant plus. Miharu lui prit sa main pour qu’elle puisse la serrer et en même temps la soutenir dans cet effort. La nuit continua à avancer sous ce ciel étoilé sans lune et elle réussi à s’endormir malgré la douleur. Quand au jeune homme, il resta éveillé jusqu’au lendemain pour être toujours présent si elle se réveillait dans la nuit.


- - - - - Le lendemain matin - - - - -

Après plusieurs jours sans se reposer, ni même fermer les yeux, il était dur pour lui de rester debout mais, en regardant cette jeune demoiselle avec un souffle régulier, le visage calme et serein sans aucun aspect de douleur, le rassurait et l’apaisait assez pour tenir le coup. Le remède mit la veille avait fait ses effets car elle devait être guéri. Peut être pas pour faire une course ou se battre mais assez pour pouvoir se mouvoir seul. Le temps qu’elle dormait encore, il se leva et alla cueillir quelques baies pour qu’à son réveil, elle puisse prendre des force mais également pour lui. De retour auprès d’elle, il vit qu’elle avait les yeux ouverts regardant le ciel si dégagé, pas un seul nuage en vu. Elle restait couchée mais elle réalisait bien ce qu’il lui était arrivé. Se redressement doucement à l’aide de ces bras posés sur l’herbe encore fraiche et humide, elle regarda de nouveau Miharu qui lui rendit son regard. Le genin lui tendit ensuite quelques baies qu’elle mangea immédiatement, affamée comme si elle n’avait pas mangé depuis des jours et elle fut ensuite gêné de la façon dont elle mangea, ce qui les fit tous deux rires à plus pouvoir s’arrêter. Ils ne connaissaient toujours pas le nom de la personne qui était en face d’eux. Seul le bandeau qu’il portait indiquait leur provenance, lui de Kiri, elle de Suna mais rien d’autres. Ils n’eurent même pas le temps d’en discuté que des commerçants passaient non loin d’eux et les ayant vu, se dirigèrent en leur direction. Ne voulant pas plus se faire remarquer, qu’il prononça ces quelques mots.

Je vais devoir te laisser, part avec eux, ils se dirigent vers ton village, remet toi bien de tes blessures mais oublie moi, n’en parle à personne. Adieu.

Elle n’eut le temps de prononcer un mot qu’il disparu. Elle fut ramenée par les commerçants dans son village, triste de ne connaitre celui qu’il la aider, même sauvé la vie mais plus de nouvelle depuis ce jour. Seul son visage était connu d’elle et son village, la laissant dans l’inconnu le plus total. Quand à Miharu, il partit en direction de chez lui, avec énormément de remord et de tristesse. Il aurait aimé en savoir plus sure elle. Son jeune âge, avec le peu d’expérience de la vie et des relations homme femme autres que lors d’un entrainement, d’une mission ou encore sa mère lui était inconnue mais son corps réagissait d’une façon totalement nouvelle qu’il ne savait interpréter. Enfin il avait que trop peu de chance de la revoir donc la meilleure chose pour lui serait d’essayer de l’oublier.


- - - - - Quelques minutes après l’heure prévue - - - - -

De retour chez lui, il rentra comme au départ, en toute discrétion. Il traversa le village en évitant à chaque fois de devoir passer devant des ninjas ou des villageois et pénétra par la fenêtre de chez lui. Il posa ces affaires, se changea rapidement puis se dirigea vers la porte de la pièce d’où il se trouvait. Au même moment qu’il commença à l’ouvrir, l’effort fourni fut plus faible qu’habituellement car la coïncidence fut qu’il le fit en même temps que sa mère, venant voir comment il allait depuis le temps qu’il ne s’était vu. Moment de stupeur, il recula d’un pas comme s’il avait quelque chose à se reprocher, sa mère étonné également de sa réaction, lui demanda si tout allait bien. Il répondit simplement en toute innocence comme il savait si bien le faire devant ses parents et amis. Elle oublia ceci, l’embrassa comme toute mère, puis redescendit dans la pièce principale de la maison. Miharu, après le départ de sa mère, se coucha sur son futon pour se calmer, car son cœur battait très fort. Il a cru qu’il allait se faire prendre mais non, il s’inquiéta pour rien.

Quelques minutes plus tard, enfin calme, toujours couché sur son futon, il regardait par delà la fenêtre de sa chambre. Le regard plongé dans l’infini, rien ne pouvait l’interrompre dans cette oublie de la réalité. Il était pensif, pensant encore à cette fille, si jolie, avec ce visage d’ange. Il savait qu’il ne la rencontrerait plus mais ne pouvait s’empêcher de penser à elle. Une seule envie lui traversait l’esprit, la revoir encore et toujours mais il ne pouvait rien y faire. En aucun cas, il aura le droit de rejoindre Suna afin de la retrouver. Un rêve immense et impossible à ses yeux, un espoir de chaque jour, qui dura pendant chaque coucher du soleil durant plusieurs mois. 

Du coté de Flone


A ces quatorze ans, Flone était déjà chunnin du village de Suna. Toujours équipée de son arc faite par elle même, et ayant le droit de quitter le village après avoir obtenu l'autorisation de ces supérieurs, elle s'apprêta à quitter ce lieu pour pouvoir rejoindre une forêt non loin d'où elle se trouve. Le soleil était plus que favorable, des éclats de lumières produit par cet astre qui n'est simplement que le soleil, faisait d'elle une fleur épanouie et au meilleure de sa forme. Un brin de vent pour faire vaciller ces cheveux mi-long et c'est parti pour une marche de quelques heures, le sourire aux lèvres qui la rendait que plus belle.

Seule en compagnie des oiseaux qui chantaient au dessus de sa tête, son arc dans la main droite, l'autre en train de remettre en place son collier, Flone sautillait plus ou moins sur place, les pieds dans l'herbes encore fraiches et humides après s’être éloigné du désert aride, mais dans le bonheur et la joie. Pas réellement pressé d'arriver sur place et sachant très bien se débrouiller si elle reste la nuit en dehors du village, la jeune kunoichi ne se fait aucun soucis de sa personne. Que pouvait bien lui arrivé dans les abords de ce coin de paradis pour la nature et les animaux qui y vivent. N'ayant connu aucune réel bataille, elle n'a pas la moindre idée des risques permanent lorsque l'on sort de la protection de sa patrie, mais bon, elle ne s'en inquiète pas et part sereinement.

Même si elle porte en ce moment son arme avec elle, ce n'est point aujourd'hui qu'elle compte l'utiliser. La chasse fut réalisé par son père la veille et la boutique en a bien plus qu'il n'en faut donc sa journée sera consacré à s'entraîner sur des cibles qu'elle trouvera sur place. Évidemment qu’elles ne seront pas vivante, de simples souches d'arbres lui suffisent amplement.

Le chemin entre le village de Suna et cette fameuse forêt dont elle connait les moindres recoins, les moindres cachettes, même les plus secrets, se situait plus qu'à quelques pas. La ligne d'horizon n'était plus composé de bleue et verts si linéaire, si parfait, composé du ciel juste au dessus des collines verdoyantes. Elle était remplacée par des formes moins lisse comme on pouvait voir, elle s'adaptait plus à la diversité des arbres qui composaient cette forêt. La simple vision de l'approche de ce lieu excitait Flone qui n'attendait que cela. Elle a souvent du mal a trouvé des excuses pour sortir du village et venir en ce lieu donc a chaque fois qu'elle y arrive, elle en ai que heureuse.

Marchant toujours, tout en regardant le paysage qu'elle connait si bien, écoutant le chant des oiseaux qui ne font qu'annoncer une bonne journée, l'herbe se fit de moins en moins dense, nettement plus rare car caché par l’ombre des arbres qui les surplombent. De ce fait, son entrée dans cette nature lui était enfin possible. Poussant les quelques fougères lui barrant le chemin, levant le pied au dessus des racines qui lui bloque également le passage, elle pénétra de plus en plus dans ce paradis d'un ton plutôt sombres, avec des bruits qui sont vraiment différents. Le mélange des animaux comme les insectes ou les oiseaux, le vent soufflant dans le feuillage des arbres qui règnent en maître en ce lieu, créait une mélodie appréciée de peu de personnes, mais pour cette jeune fille, cela l'épanouissait davantage.

Passant sa main droite au dessus de son épaule pour y attraper son  arc, puis sa main gauche qui s'approcha de son carquois ou se trouvait les quelques flèches qu'elle prit avec elle. Pour le plaisir de commencer son entrainement même si ce n'est pas le lieu qu'elle avait décidé de s'entrainer, elle banda son arc et décocha une flèche sur une feuille qui tomba d'un arbre, et la regarda se planter dans le tronc d'un chêne. Ses divers entrainements qu'elle fit depuis que cette passion de l'arc lui vint dans l'esprit, se voit de jour en jour en la regardant tirer avec merveille, même sur des cibles si petites et dont la chute est aléatoire. Bien entendu, elle ne réussi pas à chaque fois, une part de chance est toujours de prise, tant mieux pour elle.

Se dirigeant vers la flèche qu'elle venait de tirer, la ramassant avec les autres, elle reprit route vers la petite zone dégagé dans la forêt qu'elle a trouvé il y a déjà plusieurs mois. Ce lieu dont elle ne voit jamais personne hormis les habitants de la forêt, la ou elle peut faire ce qu'elle souhaite sans déranger personne et sans risquant de blesser un passant qui ne ferait pas non plus attention à son entourage. De plus, elle peut tester diverses méthodes de tir avec des flèches en bois avec à sa pointe une pièce de métal ou non, voir simplement le bois affuté, ou encore grâce à son chakra et sa maitrise assez correct de l'affinité fuuton et suiton. Ne sachant pas faire de la glace avec ces deux affinités, qui est bien dommage pour elle, certains essais de sa part ont parfois des effets qui ne correspondent que trop peu à son attente. Pire encore, elle en perd parfois le contrôle et là, une personne, qu'elle soit humaine ou animal, risquerait fort de se faire blessé voir pire. C'est une raison de plus qui explique son isolement en ce lieu si éloigné de toute civilisation.
Arriver dans cette clairière encerclée d'arbres bien dense et bien proche les uns des autres, qui n’offrent aucune clarté autre qu'au dessus de ce lieu, heureusement encore, la Kunoichi se mit en son centre, prit trois flèches derrière son dos et les planta dans le sol. Elle sortit d'une de ses poches également trois petits objets circulaires. Ce n'était que de petits disques de bois qui lui sert de cible. Lorsqu'on les lance, ils tournent un certain en arc de cercle autour de son centre avant de tomber au sol. Pour Flone, cet exercice lui permet d'augmenter sa rapidité d'adaptation de la trajectoire malgré qu'il y ait plusieurs points à toucher. En général, elle n'arrive pas à toucher plus d'une seule cible avant qu'elles n'embrassent le sol, mais bon, qui ne tente rien n'a rien.

Elle lança donc ces trois disques puis attrapa la première flèche et tourna en rond sur elle-même tout en suivant la trajectoire de l'objet qu'elle prit pour cible et tira. Raté, celle-ci parti dans un arbre. Elle le ramassera plus tard. Elle s'empressa de prendre la seconde flèche toujours planté dans la terre à ces pieds et retenta la même chose. Touché. La pointe toucha le disque qui le fit ralentir immédiatement, puis tomba par terre, ainsi que la flèche mais sans avoir réussi à le planter. Même pas le temps de prendre la troisième flèche pour choper un des deux objets encore dans les airs qu'ils étaient également tombé. Même pas déçu par cette tentative raté car elle commençait à en avoir l'habitude, étant donné qu'elle commence toujours par cela avant de poursuivre d'autre méthode d'entrainement, elle alla chercher de nouveau ces flèches.

Une bonne partie de la journée, Flone fit divers entrainements plus ou moins variés les uns des autres jusqu'à s'apercevoir qu'elle devait rentrer au village au risque d'avoir de sérieux problèmes. Ramassant tout ce qu'elle avait pu laisser sur place, elle se mit à courir. La nuit commença à se montrer, la fraicheur à gagner son corps si peu vêtu. Elle décida de sauter d'arbre en arbre plutôt que de courir directement plein pied, espérant gagner du temps. Des bruits différents se firent entendre, elle tourna son regard vers la direction du son qu'elle entendit bien évidement, mais, oubliant un instant qu'elle courrait sur des branches, elle mit le pied sur de la mousse qui la fit perdre l'équilibre. Essayant de se rattraper, son arc se prit dans une branche cassé, qui fit tourner son corps et la fit chuter de plus de huit mètre. Ce n'est pas cela qui l'effraya mais au moment ou elle tenta de se relever, elle comprit rapidement que sa cheville était cassé à l'impact du sol. Elle tomba par malchance sur une pierre.

N’ayant rien pour se soigner, elle n’avait plus d’autre choix que de rentrer avec la cheville cassée jusqu’à chez elle. Remarquant que ces flèches lui seront inutile, elle les jeta la ou l’arc était encore accroché, elle ira les rechercher plus tard ou par quelqu’un d’autre. Prenant un bout de bois au sol pour s’aider à marcher, elle s’inquiétait pour son sort. Ne portant rien pour se défendre et la douleur est telle qu’elle n’arrivera pas à se concentrer suffisamment pour utiliser son chakra, elle était à la portée de tout danger. Cela ne se fit pas attendre lorsque des bruits de grognement se firent entendre à quelques pas d’elle. Reculant jusqu’à buter contre un  arbre. Prise aux pièges, trois loups bondirent en dehors des buissons et lui sautèrent dessus. Des coups de griffures et des morsures aux niveaux des bras et jambes la firent crier de douleurs à réveiller les morts.  On ne sait comment, elle réussit à les repousser et se lever pour leur échapper mais ce ne fut que de courte durée car elle tomba par terre de fatigue. Regardant le moment ou ces animaux allaient réapparaitre, un nuage de fumée apparu devant ces yeux puis après un certain temps, plus rien sauf un sentiment de sécurité car les animaux avaient bizarrement laissé des marques de sang au sol. De plus, des shurikens étaient visibles, enfin planté par terre. Elle comprit que quelqu’un était intervenu et les avait fait fuir mais il ne se présenta pas à la fin car elle se retrouva seule dans ce lieu devenu quasiment noir. Elle essaya de se lever par elle-même mais ce fut un échec, elle n’y arriva pas et commença à perdre son courage habituel. Mais elle ne resta que peut longtemps seul car la personne qui l’avait débarrassé de ces bêtes sauvages était revenue la voir. Espérant qu’elle allait l’aider, elle fut ravie de savoir que c’est ce qu’il comptait faire. Il lui posa quelques questions mais elle n’avait plus la force de répondre et donc, elle se laissa faire, totalement en confiance. Il fit un garrot sur sa jambe, même si elle saignait peu, curieux puis la porta sur son dos et se dirigèrent vers l’extérieur de la forêt. Ils s’arrêtèrent sur le haut d’une falaise, comme s’il évitait de se faire voir et pourtant, il fit un feu pour ne pas attraper froid. Ce jeune homme ayant environ le même âge qu’elle, se mit à créer une espèce de mixture à base de plantes et divers autres ingrédients puis l’appliqua sur sa jambe. Elle ne put s’empêcher de souffrir sans crier par contre, mais son visages et son poing frappant le sol faisait comprendre ce qu’elle ressentie. Après cette application, elle était tellement au bord de la fatigue qu’elle dormit directement, dehors au bord du feu avec comme seule protection ce ninja sortant de nulle part, dont elle ne savait rien, encore moins de ces intentions.

La nuit passa, le jour s’était lever et la jeune femme ouvrit les yeux et ce fut que bonheur de voir qu’elle était encore en vie au même endroit. La lumière lui éblouissait les yeux et elle opta pour se redresser afin d’arrêter de pleurer à cause de l’intensité des rayons. Le garçon était toujours présent à coté d’elle, encore réveiller et vu son regard, il n’a pas dormi de la nuit. Celui-ci la regarda et lui tendit quelques fruits pour qu’elle reprenne des forces, qu’elle accepta volontiers. Puis vint des personnes non loin de l’endroit où ils s’étaient arrêtés pour la nuit. Il alla à sa rencontre et leur demandèrent de prendre avec eux Flone car allant à Suna. Bien évidemment qu’avec le bandeau qu’elle portait, le ninja de Kiri, oui, il venait de Kiri, avait évidemment comprit d’où elle venait. Elle n’eut guère le choix d’accepter, il fallait qu’elle rentre pour mieux se soigner et expliquer son absence si longue. Son sauveur, car le voyant comme cela s’éloigna ensuite d’elle, retourna vers chez lui également prit le temps de dire quelques mots qui ne lui plus que peu.

Je vais devoir te laisser, part avec eux, ils se dirigent vers ton village, remet toi bien de tes blessures mais oublie moi, n’en parle à personne. Adieu.

Elle n’eut le temps de lui demander son prénom qu’il n’était plus à portée d’entendre ces paroles. Une fin triste pour elle qui aurait voulu lui remercier de son geste durant cette partie de la nuit ainsi que de la matinée. Enfin elle ne pouvait rien faire autre que d’espérer le revoir un jour et payer sa dette. Pour le moment, elle se fit accompagnée de ces voyageurs, des habitués de Suna qui l’avait déjà rencontré auparavant. Portée dans un genre de chariot, elle regagna son village quelques heures plus tard. En ce qui concerne sa santé, elle n’avait rien à craindre, les traitements qu’il lui fit fut très avantageux car elle n’eut aucune marque si problèmes par la suite. En ce qui concerne son esprit, un manque lui passe par la tête de temps à autres mais bon, elle ne peut rien y faire, autre qu’espérer. 

EDIT Nachi : Je n'avais pas vu ce TRIPLE-post...
_________________


S'inclinant devant la déesse Yureka
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 2 Juil - 21:50 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Shonen Manga Index du Forum -> Fan Art -> Fan Arts -> Fan Fics / Poème Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation



Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylDarkGreen theme for phpBB version 2+
Created by SGo
Based on the original subSilver Created by subBlue design